Frelon asiatique : entretien avec un empire

Accueil Société Frelon asiatique : entretien avec un empire

Entretien à bâtons rompus avec un frelon asiatique. Développement des nids, frelon européen, abeille : aucun sujet ne sera tabou ! Rendez-vous avec le péril jaune.

Aujourd’hui, entretien à bâtons rompus avec Frelong San ! Frelong San est directrice du développement des frelons asiatiques Vespa velutina nigrithorax. Au programme : Nid de frelons asiatiques, différences avec le frelon européen mais aussi mode, gastronomie et architecture.

Nids de frelons asiatiques : la réussite d’une start-up avec effet de levier

Bestiapolitan : Frelong San, on vous prend au saut du lit si je peux dire. Votre reine est sortie de son hibernation à la fin de l’hiver. Avec le retour des beaux jours, les nids de frelons asiatiques sont en train de se développer. Vous-même venez tout juste de quitter le statut de nymphe. Première question, comment allez-vous ?

Frelong San : Tout d’abord, merci à Bestiapolitan de nous donner la parole. L’année 2018 a été exceptionnelle pour nous. Nous allons tout donner pour faire encore mieux cette année. L’hiver doux et notre potentiel inégalé de reines fondatrices laissent présager le meilleur. Personnellement, ces perspectives me donnent une pêche d’enfer.

B : À peine née et déjà au courant des dossiers ! Pouvez-vous nous parler de l’organisation du nid de frelons asiatiques ?

Toutes égales, toutes ouvrières, toutes directrices. #frelonasiatique Cliquez pour tweeter

FS : L’organisation d’un nid de frelons asiatiques est simplissime et scalable ! Jusqu’à l’automne prochain, notre nid n’est constitué que de femelles stériles. Chacune d’entre nous est directrice du développement. Toutes égales, toutes ouvrières, toutes directrices. Nous ne voulons qu’une chose : la croissance du nid de frelons asiatiques. Keep it simple, stupid comme on dit !

Nous sommes toutes égales sauf la reine. Qui est en dessous de nous.

B : La reine des frelons asiatiques est au-dessus plutôt ?

FS : En dessous !  Une reine de frelons asiatiques fonde seule le nid. Au début du printemps, elle doit donc à la fois chasser, pondre, s’occuper du couvain et construire le nid. Ses chances d’y parvenir sont infimes. Une fois le nid développé, la reine est cloisonnée à l’intérieur pendant tout le reste de l’année. Elle pond ensuite 100 fois par jour pour être délaissée dès que les nouvelles reines voient le jour à la fin de l’année. Vous choisiriez d’être reine de frelons asiatiques, vous ?

La reine fondatrice d'un nid de frelons asiatiques, seule.
“Maman ! C’est maman au début de la fondation du nid ! Comme elle était jeune et belle !”, s’enflamme Frelong San. © Francis Ithurburu.

Frelons asiatiques : Le péril jaune

B : Pouvez-vous nous faire une piqûre de rappel sur votre grande Success Story, dont vous portez le flambeau aujourd’hui ?

FS : Avant 2004, nous étions confinés en Asie, un marché très mûr et sans perspective de développement. La concurrence était rude, les proies organisées et les prédateurs redoutables, comme le frelon géant Vespa Mandarinia. Nous cherchions un nouveau territoire, un nouveau terrain de jeu si j’ose dire.

Et puis nous avons saisi une aubaine. Dans le business de l’évolution de la vie, il faut savoir saisir toute opportunité. En 2004, plusieurs d’entre nous sont arrivés dans le Lot-Et-Garonne, enfermés dans une poterie. Quand on dit : « France,  Terre d’accueil », c’est vrai !

Ensuite, c’était à nous de faire nos preuves. Depuis 15 ans, les nids de frelons asiatiques se sont multipliés. Notre développement est un vrai conte de fées. Que de chemin parcouru !

Présence du frelon asiatique en Europe.
Sources : Rome, Q., Villemant, C. Le frelon asiatique Vespa velutina – Inventaire national du patrimoine Naturel. In: Museum national d’histoire naturelle [Ed]. Site web. http://frelonasiatique.mnhn.fr consulté le 13 mars 2019. Version dynamique depuis 2004 ici.

B : Quels sont les prochains objectifs des frelons asiatiques ?

FS : Nous avons clairement des ambitions européennes : Allemagne, Benelux, Espagne, Italie, Portugal. Pour nous, l’avenir passe par l’Europe. Par contre, nous avons plus de mal à rallier la Grande-Bretagne.

Vespa Velutina nigrithorax : Et la culture dans tout ça ?

B : Vous savez que chez Bestiapolitan on aime parler de la culture des animaux…

FS : Oui, d’ailleurs nous adorons Bestiapolitan. J’ai une petite anecdote. Je peux ?

Avez-vous remarqué que des centaines de frelons asiatiques passaient chaque jour devant les fenêtres de votre bureau ? Oui ? Eh bien, petite révélation, l’année dernière, nous avions construit un nid à proximité de votre siège social ! On vous a à l’œil en quelque sorte (sourire).

Nid de frelons asiatiques, avec différence par rapport aux Européens.
“Home sweet home” soupire Frelong San. © Paula Jorge

B : Il ne fallait pas nous porter autant d’attention vous savez… On vous donnera les adresses de nos confrères. Bref. Parlons architecture. Comment concevez-vous votre nid ?

FS : Nous avons opté pour des fibres de bois mâchées. Écologique et économique. Il s’articule autour d’harmonieux étages d’alvéoles qui se succèdent à l’intérieur d’une enveloppe brune élégamment striée. Sa forme ovale modernise l’ensemble. En fin de saison, le nid des frelons asiatiques est un village qui vrombit de quelques milliers d’individus.  

Le nid des frelons Européens Vespa Crabro n’accueille que quelques centaines de frelons. Sans ambition, pas de développement.

B : Et niveau mode, pouvez-vous nous parler des dernières tendances chez le Vespa Velutina ?

FS : Nous, les frelons asiatiques, adaptons nos couleurs à chaque région :

Carte avec autres frelons asiatiques.
“Nos stylistes adaptent les couleurs des frelons asiatiques à l’environnement et aux proies avec talent !” © Perrard & Al. Plos One

Pour la France, pays de la haute-couture, nos stylistes ont opté pour des pattes jaunes et un abdomen à dominante brun-noire avec un rappel jaune. C’est la collection Velutina nigrithorax. Classe, non ?

B : Pas peur de ressembler aux frelons européens (Vespa crabro) ?

FS : Les frelons européens sont un peu plus longs que nos 3 cm. Autre différence : leur abdomen intégralement rayé en jaune et noir. Nos piqûres se ressemblent, paraît-il. Technologiquement, nous sommes plus avancés que les frelons européens avec une aptitude au vol stationnaire.

Mais surtout quelle bande de nazes ces frelons européens… Il faut quand même être débile pour être attirés par la lumière. La conséquence ?  Les frelons européens sont actifs la nuit alors que nous, frelons asiatiques, nous restons bien tranquillement dans notre nid et en profitons pour l’entretenir. Le matin, nous pétons la forme ! Eux, et bien ils disparaissent… Sacrée différence.

En matière de frelons comme ailleurs, les Asiatiques bouffent les européens.

Plutôt gourmets ou gourmands ?

B : En France, vous êtes classés en Risque sanitaire de niveau 2. Que répondez-vous à vos détracteurs qui vous voient comme une espèce invasive ?

FS : La réalité n’est souvent qu’une question d’interprétation. Prenons votre espèce. La découverte de l’Amérique : conquête des Espagnols ou invasion des  territoires des civilisations précolombiennes ? La conquête de l’Ouest : expansion des États-Unis ou invasion des terres amérindiennes ? Toute conquête est une invasion. Alors le frelon asiatique : espèce invasive ou espèce conquérante ?

B : Vous connaissez bien l’histoire humaine…  Pour continuer sur les sujets sensibles, il vous est reproché de dévorer les abeilles et de mettre en péril l’écosystème.

L'essentiel du massacre est invisible pour les yeux. #abeilles Cliquez pour tweeter

FS : Je vais vous faire une confession. J’aurais aimé avoir la perfidie des acariens parasites qui s’attaquent au couvain des abeilles. J’aurais aimé avoir la discrétion du virus ou la subtilité psychologique des champignons manipulateurs d’abeille. À tout prendre, j’aurais même signé pour l’élégance chimique de l’humain à empoisonner les abeilles.

Mais la nature est ainsi faite. Nous avons des mandibules et nous devons faire avec. C’est gore pour vos petits yeux d’êtres conceptuels mais c’est ainsi.

Quoi qu’on en dise, l’essentiel du massacre est invisible pour les yeux.

B : Pourquoi ne pas faire évoluer votre régime alimentaire ?

F : Vous avez raison, les humains se mettent  à manger des insectes et des plantes. Nous pourrions nous mettre à dévorer des vaches… (Rires)

Plus sérieusement, les boulettes de thorax protéiné de l’abeille sont tellement délicieuses, pour nous et nos larves. Et n’oubliez pas que les abeilles ne sont qu’une partie de notre alimentation !

Frelons asiatiques : menaçants ou menacés ?

B : La résistance s’organise. Les nids de frelons asiatiques sont ciblés. Les pièges à frelons asiatiques se perfectionnent. Et puis des espèces européennes pourraient s’organiser pour lutter contre vous. Les abeilles asiatiques l’ont déjà fait face au frelon géant Vespa mandarinia. Je vous laisse visionner ces deux vidéos à titre d’exemples.

Les abeilles asiatiques Apis cerana préparent une petite surprise au frelon géant Vespa mandarinia. Les abeilles survivent à une température supérieure à celle du frelon. Par centaines, elles vont soudainement s’agglutiner autour de lui pour augmenter la température. Gros câlin mortel.
Les abeilles asiatiques Apis dorsata soulèvent leur dard de manière synchronisée pour impressionner les prédateurs. C’est le shimmering, le scintillement. Hypnotique.

FS : Je connais bien ces exemples. Le frelon géant Vespa mandarinia nous terrifie aussi avec sa longueur de 7,5 cm… En Asie, il n’hésite pas à nous massacrer à l’occasion.

Vous savez, la concurrence et la compétition font partie du jeu. Nous réalisons une veille intense. Comptez sur nous pour ne jamais nous laisser faire.

Mais franchement, en domestiquant les abeilles, vous les avez rendues inoffensives. Autant lâcher un chihuahua dans la savane.

B : Merci d’être passée nous voir, Frelong San. Je rappelle que vous êtes directrice du développement des frelons asiatiques Vespa velutina nigrithorax.

FS : À très bientôt…

Vous savez désormais tout sur le nid des frelons asiatiques ? Vous êtes capable de reconnaître un frelon asiatique et un frelon européen ? Vous pouvez même identifier le frelon géant Vespa Mandarinia ?

Que vous ont raconté les derniers frelons asiatiques que vous avez croisés ? Dites-le nous dans les commentaires !

Vous n’aimez pas les frelons asiatiques ? Certaines poules les dévorent. Découvrez l’intelligence des poules dans cette histoire sans frelons !

Recevez le mail animalier le plus dingue du web !CLIQUEZ ICI !
Et rejoignez plus de 1 000 abonnés !

Oserez-vous jouer aux quiz ci-dessous ?

6 Commentaires

  1. Après avoir fait plus ample connaissance avec les frelons asiatiques, Bestiapolitan serait-il devenu plus “zen” face à cette bestiole volante jaune et noire ? Pas sûr !!
    En tout cas, attention aux abeilles qui font de gros câlins !! Cela donnerait-il des idées à certains humains ? Amateurs de romans policiers, ne serait-ce pas un moyen pour un crime “parfait” ?? Je sens que les esprits s’échauffent !!

    • En effet, cet interview sensible requérait un grand sang-froid. Frelong San est sympathique mais ne manque pas de piquant… Nous espérons que Bestiapolitan a su retranscrire cet entretien avec objectivité.
      Quel serait le titre de ce roman ? Câlin fatal ? Rapproche-toi ? Peur jaune ? Juste une étreinte ? Dans la ruche ? A quelques degrés près ? Ne le bourdonne à personne… Joli sujet en tout cas !

  2. Incroyable cette stratégie du baiser mortel qu’ont développées les abeilles asiatiques. Je m’en vais de ce pas en parler aux apiculteurs du coin afin qu’ils préparent un MOOC à destination des abeilles de leurs ruchers.

    • C’est une stratégie spectaculaire mais qui laisse quelques traces chez les abeilles. Les individus qui pratiquent ce “baiser mortel” vivent moins longtemps que les autres et curieusement, pratiquent encore plus cette méthode, une fois qu’ils y ont goûté. Excellente idée ce MOOC pour abeilles. Une idée qui fera le buzz sans aucun doute.
      Autre possibilité, les poules. Elles ne supportent pas le vol stationnaire des frelons asiatiques devant les ruchers. Et que fait une poule agacée ? Elle croque. Des poulets qui font la police : qui dit mieux ?

  3. Cher bestiapolitan,
    Ma lecture attentive de vos dernières rubriques humoristico-scientifiques m’inspire une remarque:
    J’observe sur la carte de l’Europe que la Cornouaille britannique a, elle aussi, été envahie par les frelons aux yeux bridés et de faire un rêve: cette belle région en forme de presqu’île ne ressemble-t-elle pas à un ver-ruban marin? Non? Si! Vous me suivez?
    La perfide Albion pourrait couper cette appendice pour se débarrasser des envahisseurs et elle repousserait vierge de tout nuisible !
    Pourrai-je le suggérer à Theresa May, quand elle aura réglé son Brexit?

    • Cher Jean, l’idée est brillante. Le ver-ruban, sectionné et même décapité, voit en effet son corps se régénérer. Appliquer cette propriété du ver au territoire britannique pour éliminer les frelons est audacieux. Attention néanmoins, avec les royautés, couper un appendice doit toujours être maniée avec prudence. L’Histoire les a rendus sensibles au sujet.
      Votre proposition en amène une autre : parasiter les frelons avec un ver. Le Pheromermis vesparum grandit dans l’abdomen du frelon. Le ver dévore le frelon de l’intérieur. Une fois trop gros (8 cm !), le ver sort et tue le frelon. C’est le Frexit. Problème avec cette méthode, ce ver parasite d’autres espèces…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Entrez votre nom ici