Requin-pèlerin vs Grand requin blanc : duel de grandes gueules

Accueil Art & Langage Requin-pèlerin vs Grand requin blanc : duel de grandes gueules

Quel secret cache le requin-pèlerin ? Quelle est la taille hallucinante du requin blanc ? Quel rapport avec le joueur d'échecs Kasparov ?

Amis sportifs, bienvenue dans ce duel au sommet entre deux requins géants : le requin-pèlerin et le grand requin blanc. Un défi de taille attend ces 2 grandes gueules.

Lequel ? Vous le saurez bientôt. Vous allez même pouvoir visionner un immense exploit dans une vidéo dans quelques instants.

Vous allez également découvrir :

  • L’arme secrète du requin-pèlerin à la pointe de son museau
  • Si le grand requin blanc est d’une taille : immense, gigantesque ou démesurée
  • La preuve que le grand requin blanc est un grand joueur d’échecs (il a même battu Kasparov)
  • Pourquoi le requin-pèlerin se rend au cap d’Agde, en Bretagne et en Corse

Le lien inattendu entre requin-pèlerin, grand requin blanc, racisme et religion

Ce duel sera-t-il spectaculaire ?

Plus que ça.

Il sera sulfureux.

Car, qui dit requin-pèlerin, dit religion. Forcément. Et on ne parle pas de mante religieuse, ni de macareux moine. On parle du plus grand squale religieux de l’océan.

Face à lui, se présente le redoutable requin blanc.

Oui, blanc. Au sujet sensible de la religion, ajoutons celui du racisme.

Ces deux grandes gueules s’affrontent aujourd’hui dans une épreuve unique.

Requin blanc contre requin-pèlerin, suprémaciste blanc contre squale religieux : Il va y avoir du sport…

Requin-pèlerin : un dangereux outsider

Un requin de taille

Pourtant le requin-pèlerin n’a rien d’un sportif. En anglais, on l’appelle le basking shark, le requin flâneur. En latin, Cetorhinus maximus. Tout un programme.

Lent et d’une taille immense (jusqu’à 12 mètres), ce poisson cartilagineux nage la gueule ouverte, bouche bée et air béat. Comme le requin grande-gueule ou le requin-baleine.

Il aime nager en surface pour se dorer au soleil.

Et une bonne partie de la journée, le requin-pèlerin filtre, filtre, filtre. Il filtre l’eau ingurgitée pour en retirer le plancton à travers ses fentes branchiales. Et il en faut du plancton pour nourrir ses 5 tonnes.

Le requin-pèlerin n’est donc pas dangereux pour un sou.

Par contre, regardez donc cette bouche immense de plus d’un mètre. Le requin-pèlerin est assurément une grande gueule.

Photo d'un requin pelerin à grande gueule.
Un requin-pèlerin, bouche bée.

Le secret du requin-pèlerin

Alors primitif, ce squale ? Juste une grande bouche sur un grand corps ? Pas vraiment. Que dirait un vendeur de requins-pèlerins dans une animalerie ?

“Doté d’une livrée (= la peau) dentelée et fuselée, le requin dispose de toute une panoplie de capteurs électro-magnétiques ultra-sensibles. Les ampoules de Lorenzini !

Oui, Monsieur. Oui, Madame. Cet équipement, monté de série sur le museau de tous les requins-pèlerins, mesure l’évolution de la température de l’eau et détecte les champs électro-magnétiques.

Ainsi, votre squale n’aura besoin ni de la météo des plages ni du GPS. Alors, vous m’en prenez un pour l’aquarium de votre salon ? En plus il est inoffensif.”

Et surtout, ces capteurs électriques révèlent la contraction musculaire des proies à proximité.

Autant dire qu’au milieu d’un banc de poissons, la démangeaison électrique doit être sévère pour le requin-pèlerin. Alors il filtre, il filtre, il filtre.

À l’inverse, une intensité électrique très forte peut le repousser.

Cependant le squale ne fait pas le malin car sa batterie de détecteurs ne l’aidera en rien dans la compétition qui s’annonce face au requin blanc.

Rien ne prédispose le requin-pèlerin à un exploit sportif sauf que…

Le martyre du requin-pèlerin

…Sauf qu’un parasite démange terriblement notre requin.

La lamproie ne vous lâche pas. C'est d'ailleurs à cela qu'on reconnaît un bon parasite. A sa fidélité. Cliquez pour tweeter

Imaginez : cela vous gratte dans le dos et vous êtes dans l’incapacité de vous soulager car en guise de bras, vous avez des nageoires.

Qu’une nageoire soit caudale, pectorale, anale ou dorsale, pour se gratter, aucune nageoire ne remplacera une main.

Le parasite colle à la peau, irrite, picote, essaie de pomper votre sang. Et cela toute la journée. Ce parasite ? C’est une lamproie, sorte de sangsue des mers. Elle ne vous lâche pas. C’est d’ailleurs à cela qu’on reconnaît un bon parasite. À sa fidélité.

Il y a de quoi devenir fou. Retenez-vous de gratter une démangeaison pendant juste une heure et vous comprendrez le désarroi du squale.

Parasite ou pas, l’heure du défi approche.

Et voici qu’avance son adversaire : le grand requin blanc.

Le grand requin blanc : le redoutable favori

Grand requin blanc, d’accord mais grand comment ?

Un grand requin blanc mesure en moyenne entre 4 et 6 mètres de long. Un nain comparé au requin-pèlerin.

Mais quelle est la taille du plus grand requin du monde ?

Quand il s’agit de poisson, la question se pose différemment : quel est le pêcheur le plus menteur du monde ?

Grand requin blanc : l’immense Deep Blue

On est sûr de la taille de ce requin-là : 6,09 m.

On le connaît si bien qu’on lui a même donné un petit nom : Deep Blue.

Deep Purple avait déjà été pris par un groupe de Hard Rock.

Mais attendez Deep blue… Deep blue ? C’est aussi le nom du superordinateur qui a battu Gary Kasparov aux échecs en 1996 et 1997 ?

On est en train de dire que ce requin est un joueur d’échecs hors normes ? Et ça colle, puisque le requin Deep Blue a environ 50 ans aujourd’hui.

Il avait donc 25 ans en 1997.

Voici une vidéo de Deep Blue en train de dévorer Kasparov :

Quel changement physique entre 1997 et maintenant ! Jugez-en plutôt.

Une photo de Deep Blue en 1997 :

Photo du superordinateur Deep Blue.
Deep Blue, sous son meilleur profil. © James The Photographer

Un portrait-vidéo de ce même (?) Deep Blue en 2013 et 2019 :

Deep Blue est un des plus grands requins blancs du monde, encore vivant.

Grand requin blanc géant

Est-ce que Deep Blue est le plus grand requin blanc du monde ? A priori, non.

La taille maximale d’un grand requin blanc est estimée à 7,5 mètres.

Le plus grand spécimen jamais capturé mesure 6,40 m pour 3 324 kg.

A partir de maintenant, on rentre dans la surenchère et dans l’incertitude :

  • Un requin blanc d’une taille de 11 mètres dans les eaux sud-australiennes ? Erreur d’enregistrement.
  • Un requin blanc d’une taille de 11,30 mètres au Nouveau-Brunswick ? Sûrement un requin-pèlerin.
  • Le requin blanc de 7,13 m capturé à Malte ? Il mesurerait 5,70 m maxi.

Sans parler des dizaines de cas douteux de requins de 7 à 10 mètres.

Dur de dire quelle est la taille du requin blanc le plus grand du monde !

Requin gigantesque (mais pas blanc)

Mais on est toujours le nain de quelqu’un. Qu’on soit un requin-pèlerin ou un grand requin blanc.

Et dans la même famille, le requin-baleine et le mégalodon domine.

Le requin-baleine, pouvant atteindre 20 mètres de long (= 1 wagon de TGV), est inoffensif.

Contrairement au redoutable mégalodon.

Mais n’ayez crainte quand vous mettrez un orteil dans l’eau, le mégalodon est une espèce éteinte depuis plus d’un million d’années.

Et quelle taille mesure le requin blanc qui défie le requin-pèlerin ?

Environ.

Une autre question ?

Requin-pèlerin contre Grand requin blanc : qui sautera le plus haut ?

La technique du requin-pèlerin : le Breach

Le squale n’en peut plus de son parasite. S’en débarrasser est devenu sa mission, sa vocation, son combat. Pour cela, il a une technique bien à lui : le Breach, le grand saut.

Le Breach consiste à sauter le plus haut possible hors de l’eau. Sous la violence du choc, le parasite lâche prise.

Le requin-pèlerin se débarrassera-t-il de son parasite ? Et surtout, sautera-t-il plus haut que le requin blanc ?

Le requin-pèlerin attaque

Le requin-pèlerin descend dans les tréfonds marins et remonte, il prend de la vitesse.

Il oublie toutes les humiliations essuyées à cause de sa lenteur, il accélère encore vers la surface et l’incroyable se produit.

Il jaillit hors de l’eau puis retombe lourdement dans un plat innommable, qui lui vaudra de nouvelles moqueries. 

Mais il a réussi son breach.

Promenade en compagnie du requin-pèlerin avant son exploit sportif !

La technicité est irréprochable. Analysons son saut :

  • Belle course d’approche en bas-fonds à 30 mètres de profondeur ; fréquence de battement de la nageoire caudale de 0,2 Hz,
  • Accélération remarquable avec fréquence qui monte à 1,2 Hz et vitesse de pointe à 18 km/h
  • Bonne attaque de la surface de l’eau à 60° d’angle
  • Apogée du centre de gravité du requin à 1,2 mètre au-dessus de l’eau
  • Retournement extra-aquatique réussi, façon Fosbury

Le grand requin blanc attaque

C’est au tour du requin blanc. Surentraîné, habitué à fondre sur les phoques et les otaries en jaillissant hors de l’eau, il s’élance !

Fin du suspense. Le requin blanc tue la compétition. Record du breach pulvérisé. 4 mètres de haut pour le saut du requin blanc.

Le requin-pèlerin peut cependant être fier ! Il a atteint la même vitesse au moment de sa sortie de l’eau que le grand requin blanc.

Les résultats de cette compétition ne sont pas publiés dans L’Équipe mais dans Biology Letter.

Photo d'un océan sans requin blanc.
Photo du formidable saut du requin blanc, prise juste après son saut.

Quand le grand requin blanc ferme (enfin) sa grande gueule

Breaking News ! Le requin blanc a triché à la pesée ! Il ne concourait pas dans la même catégorie !

Un poids autour d’une tonne contre près de cinq tonnes pour le requin-pèlerin. Le saut du requin blanc est non valide !

Disqualification immédiate. Entre nos deux grandes gueules, c’est le squale religieux qui a finalement vaincu le suprémaciste blanc.

C'est bien connu, les (requins) blancs ne savent pas sauter. Cliquez pour tweeter

Le requin-pèlerin a gagné la compétition et perdu son parasite. Toute cette débauche d’énergie en valait la peine !

En fait, pas tout à fait car l’indésirable reviendra vite. Et si le saut du requin-pèlerin ne fonctionne pas ? Certains vont se frotter contre des rochers (quelquefois en bord de mer) pour se débarrasser du nuisible.

Pèlerinage final du requin-pèlerin : Bretagne, Cap d’Agde, Corse…

Le requin-pèlerin peut désormais s’engager dans un gigantesque tour de France. Bretagne, Cap d’Agde, Corse, son pèlerinage n’en finit pas.

Photographié, filmé, le squale flâne dans les mers et les océans du monde, guidé par ses capteurs sophistiqués. Flâner béat, ainsi va la vie du requin-pèlerin.

Et vous, quelles sont vos techniques pour vous gratter sans les mains ? Réagissez ci-dessous !

Après le défi relevé par notre squale, découvrez le défi lancé à l’intelligence du chien :

  • Comment un coup de théâtre va surprendre ce chien
  • Pourquoi s’inspirer de l’intelligence du chien (et comment cela peut vous aider à faire vos courses)
  • Le lien puissant entre toutou, doudou et joujou

Recevez le mail animalier le plus dingue du web !CLIQUEZ ICI !
Et rejoignez plus de 1 000 abonnés !

Oserez-vous jouer aux quiz ci-dessous ?

6 Commentaires

  1. A l’exception de quelques contorsionnistes, l’homme a du mal à se gratter le milieu du haut du dos avec les mains, quand ça le démange. Je vous donne mon truc à moi, c’est cadeau !: j’utilise un bâton (de pèlerin) que je tiens fermement dans ma main droite. Les gauchers peuvent changer de main.
    On m’a dit que ça marche aussi avec un bâton de berger, dans les alpages…

    • Jean, un grand merci pour ton conseil. Nous compléterons cette recommandation en indiquant à nos lecteurs que la technique du bâton peut parfaitement s’accompagner de la technique de la carotte. La stratégie du bâton (de pèlerin, de berger ou autre) et de la carotte a fait ses preuves.

  2. Cher Bestiapolitan, c’est avec le plaisir sadique d’une lamproie sur un dos de requin à l’agonie que je viens relever une coquille : la photo du saut formidable du requin a été prise juste avant, et non pas après, le saut.

    • Cher lamproie, après une conversation avec l’auteur de la photo, il semblerait que le cliché ait été pris pendant le saut du requin mais pas au même endroit. Bestiapolitan espère que cette réponse comblera votre plaisir sadique.

  3. La mésaventure grattouillante du requin-pèlerin m’évoque les pauvres humains plâtrés (bras, jambe, poignet), soudain pris d’une démangeaison aiguë… sous leur plâtre.
    S’ils n’ont pas de rocher à disposition, comme le bienheureux-quin, je crois qu’ils choisissent d’employer une fourchette ou un pic à barbecue.
    Vous avez dit gore ?

    • Cela explique sans doute pourquoi nous n’avons jamais observé un requin avec un plâtre. Une question subsiste. Est-ce que le coquin qui se gratte avec la fourchette ou le pic à barbecue en ressort avec une lamproie ? Peut-être qu’un dangereux-quin, un vigoureux-quin ou un coléreux-quin pourrait nous répondre !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Entrez votre nom ici